La Cage entrebaîllée de Lao She

Publié le par emiLie

 

436 pages

 La-Cage-entrebaillee.jpg 

Résumé
Cette histoire se passe pendant les années 30 dans un Pékin déchiré entre modernisation et tradition. Ce dilemme illustré par Zhang l'entremetteur qui est fier de son statut de marieure et Lao Li, un fonctionnaire déchiré entre ses rêves de liberté et la venue de sa prosaïque femme, une robuste campagnarde.


 

J'avais noté ce livre il y'a quelques temps dans ma petite liste et je l'avais oublié; c'est totalement par hasard que je l'ai trouvé à la bibliothèque.

Et alors je n'ai pas été déçu, c'est un livre qui arrive à allier situation burlesque et réflexion sur la société Pékinoise en pleine mutation. On a d'un côté Zhang qui ne voit la pleine réussite de sa vie que par le nombre de mariages réussis ou plutôt d'alliances et les relations et l'estime que ça lui apportera du petit microcosme de la fonction publique, alors que d'un autre côté il y'a son collègue Lao Li doux rêveur, peureux qui ne supporte plus sa vie au côté d'une robuste ménagère et rêve avec une vision très naïve du grand Amour et attend pendant tout le roman « un instant de poésie ». Et tout autour de ces deux vies foisonnent un nombre important de personnages secondaires, tous avec des caractéristiques très humaines, le fourbe, le vantard...

Et tous ces gens qui ont plus subi leur vies qu'ils ne l'ont choisi à l'aube de la quarantaine ils se sentent étouffés par leur petites vies monotones de fonctionnaires ainsi que par leur petit cercle social qui tourne en autarcie. Et donc face à ce malaise tous ne réagissent pas de la même façon (je trouve que c'est vaiment là ou on remarque cette forte mutation!!!) certains vont seulement chercher à entretenir une concubine alors que d'autres ne pensent et menaçent qu'au divorce. Tout cela alliant situations cocasques desfois limites hilarantes tellement les personnages apparaissent par certains moments tellement caricaturaux!

Cela concerne la forme mais derrière cette humour un brin cynique on retrouve un fond assez sérieux et profond; une réflexion sur le poids social des traditions, leurs enracinements et surtout la difficulté et la souffrance que peut ressentir quelqu'un qui n'arrive pas à trouver sa place dans cette vie remplie de règles!

Et à la fin on voit bien que si on est seulement une personne ordinaire accroché à sa petite vie, on ne peut pas fuir comme le personnage de Lao Li.

Voilà j'ai aimé ce roman.

Publié dans Littérature Chinoise

Commenter cet article