Du mercure sous la langue de Sylvain Trudel

Publié le par emiLie

 

édition 10-18

Du-Mercure-sous-la-langue.jpg

Résumé

C'est l'histoire du poète Métastase qui du fond de son lit d'hôpital essaie de se battre fièrement mais vainement contre le monstre crabe qui lui attaque sa hanche et la réduit en fin papier.


 

Ce roman est très court mais très prenant et pendant la centaine de pages qui le constituent, on se trouve constamment sous tension. On suit intégralement l'histoire par l'intermédiaire dudit malade qui avec son humour très caustique à l'air d'avoir 40ans au lieu de 17ans mais d'un côté c'est normal puisqu'il doit vivre en trois mois ce que la majorité des gens font en 70ans. Et c'est sur que c'est triste de lire un bouquin dans lequel on se retrouve dans la tête d'un gosse qui sait très bien qu'il va mourir et que la plupart de ses amis de l'hôpital sont à un cheveu de le suivre et puis c'est encore plus triste de le voir se défendre face à sa peur de mourir, surtout ne pas la montrer à sa famille car il a trop peur qu'ils soient trop tristes! Ce livre est d'un réalisme écrasant, trop écrasant peut-être, à force d'être dans la tête de Frédéric on étouffe et je trouve que c'est étouffement est très lié avec la graphie du livre, c'est écrit petit, serré et il n'y a pas de chapitres donc un petit peu dur et c'est pour ça que j'ai vraiment pris le temps de le lire afin de le « digérer ».

Mais c'est vraiment un livre plein de poésie et même si il se termine mal il donne en quelque sorte de l'espoir. J'ai préféré ce roman à Oscar et la dame rose d'Eric-Emmanuel Schmidt car ce roman accroche plus, il marque, on ne l'oublie pas!

Commenter cet article