Les bébés de la consigne automatique de Murakami Ryû

Publié le par emiLie

 

Challenge Blog-o- trésor, et de 2!

 

Ce livre fait partie de ma sélection pour le challenge blog-o-trésor, c'est le deuxième que je lis après Les Hauts de Hurle-Vent d'Emily Brontë

  Les-Bebes-de-la-consigne-automatique.jpg

Résumé

« Au Japon, les nouveau-nés abandonnés dans les consignes des gares sont voués à une mort certaine. Deux d'entre eux pourtant, Hashi et Kiku, vont vivre. La vie de ces deux enfants est une plaie béante qui ne se cicatrise pas, un cri qui ne se tait pas. Le cauchemar les hante, leur univers s'est réduit aux parois d'une consigne, un monde sans espoir où l'on cherche une échappatoire tout en sachant qu'elle n'existe pas. Autour d'eux, un brouillard épais et pesant s'est formé, un ciel plombé, où seule la survie reste possible. Et cependant, des éclaircies parfois apparaissent, un chant qui surgit de la gorge d'Hashi comme une accalmie au milieu d'une tempête, un saut de Kiku comme une envolée vers un ciel plus bleu, des moments d'émotion suspendus. Mais la douleur est plus forte, aucune libération n'est possible et, ne pouvant supprimer la souffrance, c'est en l'infligeant aux autres qu'ils tenteront de l'oublier. Ryû Murakami dépeint un univers de destruction, de désolation avec une telle poésie que cette atrocité même devient belle, belle comme peut l'être la mort, belle comme peut l'être la guerre, belle comme le sont parfois les hommes. »

 

Commentaire

Je viens de lire quelques avis de différents bloggeurs et la majorité d'entre eux semblent avoir vraiment été éprouvés par la lecture de ce roman, par sa grande violence.

C'est ma soeur qui m'a grandement conseillé ce roman, en me prévenant elle-aussi qu'il était quand même assez difficile à lire. Cependant moi, la seule chose qui m'ait fait peur quand j'ai vu le roman, c'est sa taille, un peu plus de 500 pages mais sinon je ne ressors pas de cette lecture avec difficultés, j'ai déjà lu des livres qui m'ont beaucoup plus marqué que celui-là.

Je me sens donc un peu désorientée et je vais essayer de vous expliquer ce que j'ai ressenti.

 

J'ai aimé lire ce livre, j'ai tout de suite bien accroché, l'écriture est fluide, compréhensible, on comprend tout de suite qui sont les personnages, nous faisons connaissance avec les deux frères Hashi et Kiku qui ont tous les deux des personnalités différentes. Le seul petit bémol, les trop grandes phrases, on peut rencontrer dans ce roman, des pleines pages sans paragraphes.

 

Après la forme, parlons de la forme, je pensais avec la façon dont ma soeur m'avait présenté l'histoire que l'on assisterait à une montée très rapide et très puissante de la violence chez les deux frères et surtout que l'on assisterait à leur transformation en monstres. Et en fait cela se fait de façon beaucoup plus implicite, détournée peut-être, en y repensant on a plus l'impression que c'est le monde autour d'eux qui change et qui devient horrible.

L'auteur sait magnifiquement créer, je dis créer plutôt qu'écrire des ambiances car dans chaque endroit traversé par les deux frères  un décor est planté et on y vit vraiment, on les ressent vraiment.

Je crois que c'est dans la préface de Corinne Atlan que j'ai lu que Murakami Ryù était aussi cinéaste et je pense que en sachant cela, on peut plus facilement approcher sa façon d'écrire, très vivante, des moments d'écritures comme des scènes de films, les différents passages dans l'ilôt de la drogue, le crocodile Gulliver qui se fait écraser par une voiture sur l'autoroute...

 

Et surtout cette galerie de personnages tous plus extrèmes les uns que les autres alors c'est vrai qu'il y a de la violence, du désespoir et de la folie. La folie prend toute la place dans ce roman, elle commence avec les battements de coeur de la mère et finit avec le poison du Datura qui s'infiltre dans tout Tokyo.

 

Quand j'écris ce que j'ai ressenti c'est vrai que je trouve bizarre le fait de ne pas avoir ressenti trop d'horreur à la lecture de ce roman alors que par exemple j'avais et je suis toujours marquée par ma lecture de Ravage, le magnifique roman de Barjavel, roman qui m'avait limite traumatisé! Alors que vous-dire? Je ne sais pas.

Et aussi  l'avis de
Papillon et de Clarinette

Publié dans Littérature Japonaise

Commenter cet article

joanna 17/01/2011 21:50



je n'ai pas trop accroché. J'ai mis ton billet en lien sur mon blog


PS : j'adore le titre de ton blog


Bonne lecture et à bientôt peut être



Celsmoon 16/06/2009 23:37

Je me souviens de ne pas avoir pu finir ce livre... la violence m'avait terré dans des cauchemars chaque nuit... Je n'en pouvais plus...

emiLie 17/06/2009 13:54


Je dois être insensible alors car contrairement à beaucoup de monde qui a eu la même réaction que toi moi même si j'ai ressenti cette violence, j'ai pu continuer à lire sans problèmes.


laure 23/05/2009 20:25

Bien, c'était un commentaire intéressant à lire. PS: fautes d'orthographe !

emiLie 24/05/2009 11:25


Je vais voir cela tout de suite!