La duchesse de Langeais de Balzac

Publié le par emiLie

 

 

Le livre de Poche - 124 pages

 

*****

 

La Duchesse de Langeais

Ce livre trainait depuis quelques mois dans ma Pal et j'ai trouvé l'occasion de le sortir lorsque Praline a lancé le challenge "Au bon roman".

Le but du challenge est de lire tous les romans cités dans le livre "Au bon roman" de Laurence Cossé.

Livre que je n'ai pas encore lu mais comme dans la liste figurait déjà quelques livres que je possède, j'ai décidé de me lancer.

 

La duchesse de Langeais du très célèbre Balzac a l'honneur de figurer dans cette liste et dans ma Pal.

 

Le roman s'ouvre à l'entrée d'un couvent de Carmélites dans une île située tout près de l'Espagne. Le général français Montriveau vient en visite officielle.

Le lecteur apprendra par la suite qu'il entretient un espoir plus officieux, depuis déjà cinq ans, il cherche la dame pour qui il éprouve un amour passionné. Il découvre bientôt que celle-ci se cache sous le nom de soeur Thérèse.

 

Un savant retour en arrière permet au lecteur de comprendre comment les deux protagonistes de l'histoire se retrouvent séparés cinq ans plus tard par les barreaux d'un parloir.

 

Aristocrate, Antoinette, Duchesse de Langeais, femme mariée, est une Parisienne coquette qui pratique le marivaudage avec plaisir. Elle règne sur sa petite cour d'admirateur du faubourg Saint Germain. Quand Armand de Montriveau fait son apparition, celui-ci n'est pas au courant des petites habitudes et cancans de ses salons à la mode. Militaire, il a passé de rudes années, prisionnier d'une tribu africaine.

 

Un roman très court et qui pourtant m'a semblé assez long. L'histoire met vraiment du temps avant de se mettre en place. De plus Balzac pendant de longues pages disserte sur l'évolution de la noblesse et de la place qu'elle occupe en France et surtout dans le faubourg Saint Germain, une réflexion intéressante, quoique assez indigeste.

La présentation des deux personnages permet de redonner du rythme au roman sans pour autant atteindre une intensité trop importante.

 

Une lecture assez agréable, intéressante mais qui ne m'a pas touché.

 

 

"Elle était plus femme qu'elle ne le croyait, cette chétive créature, en essayant de concilier les exigences de la religion avec les vivaces émotions de vanité, avec les semblants de plaisir dont s'affolent les Parisiennes." 

 

 

bon roman

 Le billet de Maggie.

Commenter cet article

Cess 01/08/2010 16:14



Ma lecture de La Duchesse de Langeais aura plutôt eu tendance à me réconcilier avec Balzac qui m'avait ennuyée à mourir dans Le Lys dans la vallée. Il faudra d'ailleurs que je
le relise puisque tout le monde m'assure que je suis passée à côté de quelque chose... Et je pense que comme Maggie, ce sont les digressions qui m'ont le plus intéressée.



emiLie 01/08/2010 21:07



Je n'ai pas été convaincue par cette lecture et je crois que je vais un peu laissé tomber Balzac pour le moment .


 



Yv 30/07/2010 21:57



Personnellement, je n'ai jamais réussi Balzac.



emiLie 01/08/2010 20:29



Je reconnais que le plus souvent c'est assez laborieux avec moi aussi! 



Lou 30/07/2010 11:59



Il me tente bien malgré tout... ceci dit, l'essentiel est que grâce à cette piqure de rappel, j'ai bien envie de sortir un petit Balzac de ma PAL, moi ;)



emiLie 01/08/2010 20:27



J'ai donc au moins réussi quelque chose avec mon billet .



maggie 28/07/2010 09:44



Moi c'est l'inverse, j'ai préféré la digression sur la société que l'histoire d'amour... Merci pour le lien.



emiLie 31/07/2010 22:00



De rien! J'ai lu ton billet avec plaisir. Et puis en plus on participe au même challenge. 



Lystig 27/07/2010 22:18



je n'ai jamais aimé Balzac...


le château de Langeais est magnifique ! je suis allée le visiter lasemaine dernière !



emiLie 31/07/2010 21:59



Je ne savais même pas qu'il y avait un château de ce nom, en plus j'adore les châteaux, il y en a plein dans ma région (Dordogne).