Le peuple d'en bas de Jack London

Publié le par emiLie


 

Phébus Libretto – 250 pages

Traduit par François Positif

   

*****

 

 Le-Peuple-d-en-bas.jpg

Nous sommes au début du 20ème siècle, à l’époque de l’industrialisation, des usines crachant  leurs fumées noires et de la misère omniprésente des ouvriers et des laissés pour compte de ces grandes villes. Alors jeune étudiant en sociologie, Jack London décide de se rendre à Londres et de faire connaissance avec ses gens, de prendre part à leurs vies afin de mieux les comprendre. Il nous délivre alors un témoignage à la fois effrayant et fascinant sur la vie que mènent ces gens. Bienvenue dans les Abysses.

   

Etude sociologique mais qui se lit comme un roman, London nous transporte dans ce monde inconnu, monde inconnu pour les gens aisés qu’il fréquente à l’époque. Gens aisés qu’il prend régulièrement à parti tout le long du livre. Le seul moyen pour s’émerger complètement dans ce monde et en faire totalement partie passe par les vêtements, London nous décrit parfaitement le changement de comportement des gens face à lui une fois vêtu de ses frusques, il devient alors quantité négligeable et par cela même ce fait accepter par le « petit peuple ».

 

L’entrée dans l‘East End est effrayante il semble, autant pour lui que pour nous, la misère est totale et elle est partout, les gens vivent dans des conditions impossibles «Les toits de ces taudis étaient recouverts d’immondices qui atteignaient par endroit deux bons pieds de hauteur et servaient de dépotoir aux habitants du deuxième et du troisième étage de la maison où nous nous trouvions. Je discernai des arêtes de poissons, des os, de la tripaille, des chiffons puants, de vieilles chaussures, de la vaisselle cassée, et toutes les déjections d’une porcherie à trois étages. » p 64.

 

Les passages les plus marquants sont ceux dans lesquels il s’intéresse aux sans abris et au fonctionnement des hospices et autres asiles de nuit. Les sans abris n’ont pas le droit de se coucher dans la rue la nuit par arrêté municipal, ils ne peuvent donc pas dormir la nuit, sans sommeil plus d’énergie pour trouver du travail, de même sans logement pas de repos, ni de soins donc pas de travail et sans travail pas de logement.

 

La plupart de ces gens ne vivent pas mais tentent de survivre, ils meurent très jeunes (âge moyen de vie 30 ans, p 201) et souffrent souvent de maladies dues à leurs mauvaises conditions de vie, saturnisme, maladies pulmonaires…

 

Je pense que cette lecture doit être faite en tant que récit (subjectif) d’un homme qui a vécu cette expérience et non comme une étude sociologique proprement dite, ce qui était pourtant je pense l’ambition de London de prime abord. Je dis cela car malgré sa volonté d’émailler son propos de citations d’autres « chercheurs » et d’inclure des tableaux de données, on ressent à travers notre lecture toute l’importance de ce qu’a pu ressentir l’auteur face à ce qu’il a vécu. Son ressenti est alors par définition subjectif.

Je pourrai encore parler longtemps de ce livre car il est très intéressant et instructif, la narration à la manière d’un roman nous empêche l’ennui, les chapitres découpent de façon claires et intelligentes les propos de London.

 

 

Le billet d'Isil qui m'a donné envie de lire ce livre.

 

Commenter cet article

Nanne 12/12/2009 20:43


C'est un ouvrage de jack London que je possède depuis au moins 3 ans dans ma PAL, sans me résoudre à le lire en raison du sujet ! Pourtant, j'en ai très envie, mais le thème me semble très
difficile et réaliste. Ton billet me prouve bien que ce livre est très bien construit, même s'il est subjectif, puisque Jack London donne son avis ... Je vais me décider à le lire, car il me tente
de plus en plus !


emiLie 13/12/2009 18:48


Cela me fait plaisir de te "revoir" Nanne.
C'est vraiment un très bon livre même si c'est vrai que le thème n'est pas très joyeux.


Choco 22/11/2009 13:08


Me voila obligée de rajouter ce titre à Martin eden dans ma LAL... :)
Cette immersion dans les bas-fonds à l'air vraiment passionnante et les paralleles avec notre époque surement très flippants...


emiLie 23/11/2009 19:52


Bienvenue sur mon blog.
Je viens d'acheter Martin Eden, avant ma lecture de "Le peuple d'en bas", je n'avais jamais rien lu de London, j'ai marqué un autre titre sur ce qui me semble un autre fait sociologique, cela
s'appelle les vagabonds du rail.


Marie 18/11/2009 18:00


J'apprécie beaucoup Jack London et je ne connaissais pas ce titre. Je le rajoute à ma liste car ça fait longtemps que je n'ai pas lu cet auteur...


emiLie 21/11/2009 14:35


C'est le seul livre que j'ai lu de lui pour le moment, mais je viens d'acheter MArtin Eden.


Lilibook 14/11/2009 13:49


Je ne connaissais pas du tout ce livre de London. Il a côté intéressant.


emiLie 14/11/2009 18:38



C'est le seul que j'ai lu, je pense qu'il diffère pas mal de ce que l'on attend de Jack London.



Cynthia 14/11/2009 13:38


Intéressant de parler de London, trop souvent réduit à son roman "Croc-blanc" ;)
J'ai cherché pendant longtemps son roman " Profession écrivain" mais il semblerait qu'il ne soit plus édité :/


emiLie 14/11/2009 18:37


Il semble que Phébus Libretto ait réedité un nombre important de livres de cet auteur.