Les déferlantes de Claudie Gallay

Publié le par emiLie

 

 

J'ai Lu - 538 pages

 

*****

 

Les déferlantes

La narratrice ne donnera jamais son nom au  lecteur. D'elle, on connaitra tout le long de l'histoire, quelques détails seulement et surtout la perte de son amour qui la conduite ici, au bout du monde, en Bretagne, à la Hague.

 

Elle vit dans un ancien hôtel, La Griffue avec un sculpteur passionné Raphaêl et la soeur de ce dernier, Morgane, serveuse au restaurant du coin. La narratrice est ornithologue, elle passe ses journées à observer, compter et dessiner les oiseaux, et surtout elle se nourrit de ce morceau de terre sauvage et des éléments qui l'entourent, l'eau, la terre.

Elle essaie de vivre malgré ses blessures.

 

Un jour arrive Lambert, Lili, la gérante du bar locale semble le connaitre, de même que Théo, l'ancien gardien du phare et la vieille Nan semble reconnaitre en lui un de ses disparus, Michel.

 

Qui est Lambert et surtout pourquoi est-il venu se perdre ici, à la recherche de quoi ou de qui? Son arrivée soulève questions mais surtout d'anciennes histoires que l'on croyait oubliées et que l'on voulait surtout oublier.

 

J'ai enfin lu ce roman qui a rencontré un grand succès auprès de nombreux lecteurs, ainsi que sur la blogosphère. Quant à moi, j'ai préféré attendre sa sortie poche, évitant ainsi de céder à la tentation de me le procurer dès sa sortie.

 

Le personnage le plus important dans ce roman est la nature, la mer bien sur tient une place très importante, elle entoure jusqu'à avaler parfois les personnages, leur donnant souffrances, douleurs mais aussi espoirs. Ils entretiennent tous avec elle une relation particulière et complexe qui oscille entre l'amour et la haine.

Mais la mer n'es pas tout, la nature dans tout ce qu'elle a de vert, de paysages bucoliques est partout présente donnant et réclamant sa force aux pauvres humains. La toute fin du roman rompt avec la mer pour donner aux personnages l'occasion de trouver la sérénité qu'il ne semble pas pouvoir trouver dans les paysages maritimes.

 

Les personnages sont présents, bien campés, tous tendus à la recherche de quelque chose. Le personnage de Max, à la recherche du mot exact égaille ce roman qui aurait pu sinon tomber dans une certaine langueur.

Les relations entre humains sont complexes, surtout lorsqu'ils sont traversés de sentiments complexes.

 

Une écriture simple amène le lecteur à la découverte de ces personnages et de leurs blessures. Une très belle et forte lecture, décidément j'aime l'Océan.

 

Commenter cet article

fanny 31/01/2011 10:52



J'adore ces résumés bien construits mais attention la hague c'est le cotentin donc en normandie et non en bretagne!



marie-monique 13/12/2010 10:09



Bravo pour le commentaire mais un petit détail, La hague se trouve au bout du Cotentin donc en Basse-Normandie



Nathouc 04/09/2010 19:36



je suis en pleine lecture!!! j'aime sa façon d'écrire avec des petites phrases... j'espère le finir rapidement



emiLie 10/09/2010 17:54



Je viendrai lire ton billet avec plaisir! 



Nanne 04/09/2010 18:18



C'est une excellente chose que tu aies aimé ce roman, parce qu'on me l'a donné ! Je ne voulais pas trop le lire à sa sortie, car il a trop fait parler de lui sur la blogosphère. Maintenant que la
vague est partie, je vais pouvoir découvrir cet ouvrage qui vient du large ou nous y emmène ;-D Et puis, c'est au bout du bout du monde que cela se passe, dans la presqu'île du Cotentin !



emiLie 10/09/2010 17:53



J'espère que tu aimeras autant que j'ai aimé car c'est un livre très beau dans lequel les éléments tiennent beaucoup de place, si tu aimes la mer, il te plaira!



Audrey 29/08/2010 20:42



Cela fait un petit moment que j'hésite de le lire mais je crois que je vais me laisser tenter...



emiLie 05/09/2010 19:50



Je pense que tu peux te laisser tenter car c'est un livre qui se lit très facilement et qui est agréable à lire.