Mangez-le si vous voulez de Jean Teulé

Publié le par emiLie


Julliard - 130 pages

*****

"Ils disent tous la même chose : "On ne sait pas ce qui nous a pris." C'en est monotone. Personne ne charge la victime, genre : "Oui, mais c'était quand même un mec qui..."

Alain de Monéys vit dans le Nord de la Dordogne, c’est un jeune homme généreux et intelligent. Le mardi 16 août 1870 il se rend à la foire de Hautefaye, un village à côté de chez lui pour acheter une vache à sa voisine. Nous sommes en période de guerre sous le second empire, il fait très chaud, sur un simple malentendu Alain passe pour un sympathisant de l’ennemi et le carnage commence.


Ce roman concentre en 130 pages les différentes étapes particulièrement horribles du long calvaire d’Alain jusqu’à sa mort sur l’échafaud.

Ce récit est le plus horrible qui ne m’a jamais donné été de lire. Une terrible description du moindre sévice que ce pauvre homme a pu subir, sévices qui nous sont présentés dans le moindre détail.

Je connaissais le goût que portait Jean Teulé pour parler de la souffrance humaine sous ses différentes formes. Mais là je laisse tomber car le récit n’est axé que sur cela, la description de l’avilissement de cet homme. Une victime dans toute sa splendeur car celui-ci semble doté d’énormément de qualités. Ce roman est basé sur des faits réels, on a parfois de la difficulté à imaginer que la cruauté humaine puisse aller jusque là. La réalité dépasse la fiction.

Trop d’horreurs, horreurs qui portent à la nausée et qui n’apportent rien car Teulé ne nous apporte pas de réflexion sur ce déploiement de haine, trop peu de références historique, sociologique, psychologique.

Ce livre ne m’a semblé être ni un témoignage ni vraiment un roman mais seulement un long défilé d'horreurs.


Cela me fait de la peine de dire ça mais je regrette d’avoir ouvert ce livre.

 

 Anna Blume, Jean-François, Laetitia et surement de nombreux autres l'ont lu.

Commenter cet article

Sandrine(SD49) 27/02/2011 09:59



je l'ai commencé hier et abandonné hier, horrible ! j'en ai lu une petite moitié et cela m'a suffit, rien qu'à l'idée de ce qui allait arriver je n'ai pas pu continuer



laure 06/01/2010 19:13


Je ne garde pas spécialement un excellent souvenir de ce livre mais il ne m'avait pas déplu. Je pense pour ma part que l'écriture crue et répétitive de l'auteur est un choix plutôt judicieux. Il
n'y a rien à dire de plus, il n'y a pas de psychologie qui tienne, la violence est absurde. L'écriture est simple et laconique, c'est ce qu'il fallait, à mon sens, pour montrer toutevl'horreur
de la situation. Après je ne nie absolument pas le caractère violent et dérengeant mais c'est voulu, c'est du style que l'on aime ou pas. Sur ce... 


Emilie 06/01/2010 19:55


J'ai eu la chance de lire cinq romans de cet auteur et pour une fois dans l'ordre dans lequel ils sont parus. La violence a toujours été omniprésente dans ses romans, c'est un peu sa marque de
fabrique, "Je,François Villon" en est rempli et c'est un roman que j'ai adoré. Il n'empêche qu'au fil des années, le style de Teulé me semble s'appauvrir, ne se centrant que sur les scènes chocs
voir monstrueuses sous pretexte de réalité, cf Darling. Il m'a semblé après ma lecture du crime de Hautefaye que son style était devenu complètement inexistant ou caricatural.
Ce n'est pas en lien avec la violence mais il a quand même réussi à placer dans ce roman des expressions tellement ancrées dans notre époque que ma grand-mère ne les comprendrait pas (Je n'ai pas
d'exemples pour le moment à part "le mec genre").
Pour en revenir au crime de Hauefaye, c'est un évènement célèbre avant le roman et de nombreux livres ont été écrits dessus bien avant celui-ci des livres qui font références. 
Pour moi la violence peut être expliquer du moins en partie, après il faut savoir sur quelle approche tu te places. Si je vais encore plus loin, chaque approche aura une façon différente de
l'expliquer...

Je te remercie pour ce commentaire pertinent, ça m'a permis de me désencrasser le cerveau et de structurer un peu ma pensée, pour une fois :D, c'était très stimulant.


Diddy 18/12/2009 21:19


Et bien ça me fait un livre de moins à acheter alors!!


emiLie 21/12/2009 16:59





Diddy 16/12/2009 20:17


J'aime beaucoup Teulé avec son Magasin des suicides. J'ai lu le Montespan et j'ai été un peu décue, dedans il raconte des choses qui n'apportent rien à l'histoire. Je voulais quand même lire celui
là mais étant donné ta réaction je ne sais plus vraiment!


emiLie 18/12/2009 19:17


Je m'empêche de lire Le Montespan car j'ai trop peur d'être déçue et vraiment je pense que Mangez le si vous voulez est un roman dont on peut se passer.


Nanne 12/12/2009 20:56


Jean Teulé a un goût particulier pour les situations macabre et scabreuse, et "Mangez-le si vous voulez" fait partie de ce genre d'ouvrage ! Il a voulu montrer de quoi chaque être humain peut être
capable de faire subir à une personne à un moment donné pour des raisons incompréhensibles et inexplicables. C'est le phénomène de masse qui est la cause du massacre de ce pauvre homme et rien
d'autre. Je comprends que cela soulève le coeur et dégoûte ! Pour ma part, je vais attendre qu'il sorte en poche pour le lire, parce que j'ai "Le Montespan" à lire. Beaucoup plus drôle, cette
histoire de cocu magnifique et fier de lui ;-D


emiLie 13/12/2009 18:51


Lire "Le Montespan" ne me tente pas trop. Pour en revenir au dernier roman de Teulé, je pense vraiment que c'est un sujet qui l'a marqué et qu'il a absolument voulu le traiter, il n'empêche je
trouve qui'il est passé à côté du sujet et pourtant il y a dire un nombre importat de choses sur ce genre de choses.