Sur la plage de Chesil de Ian McEwan

Publié le par emiLie

 

 

 

Folio - 178 pages

Traduit par France Camus-Pichon

 

Du même auteur, Expiation

 

*****

 

Sur la plage de Chesil

Florence et Edward viennent de se marier, ils sont à table dans un hôtel au bord de la plage dans la région du Dorset. Nous sommes au début des années 60 avant la révolution sexuelle et cette nuit sera leur première nuit ensemble.

 

Le roman nous décrit l'évolution de la soirée ainsi que l'état psychique de ces deux personnes.

 

Florence est une jeune musicienne, fille d'un riche industriel et d'une prof d'université, elle a étudié la musique à Londres. Edward est lui issu d'une famille moins aisé, son père est directeur d'école et sa mère souffre de troubles mentaux à la suite d'un tragique accident. Edward et Florence se rencontrent et moins d'un an plus tard ils se marient et se retrouvent dans cette chambre donnant sur la mer, à la veille de leur nuit de noce.

 

L'auteur permet au lecteur d'accéder aux pensées de Florence et d'Edward, cela permet de marquer les différences, les attentes et les peurs qu'a le jeune couple vis à vis de cette nuit.

 

Je n'ai pas pu m'empêcher de remarquer un léger déséquilibre jouant en défaveur de Florence, je ne pense pas que c'était le but de l'auteur mais il m'a semblé que celle-ci était décrite sous un jour plus défavorable qu'Edward. De même la "psychologie" de Florence semble être plus décrite, de nombreux éléments nous sont fournis sur ses peurs, sur son rapport avec ses parents, ses amis. Alors que le personnage d'Edward reste presque "superficiel", pas de longue introspection pour lui, j'ai eu l'impression que pour lui l'auteur restait seulement à ce qui était visible. 

 

"Sur la plage de Chesil" reste un roman intéressant et original par son sujet. Celui-ci est traité par l'auteur avec beaucoup de finesse. Cela permet de créer une forte empathie pour les personnages et c'est pour cela que je n'ai pu être que déçue par la fin si brutale tout en comprenant le choix de l'auteur.

 

Publié dans Littérature Anglaise

Commenter cet article

dasola 16/06/2010 22:05



Bonsoir Emile, j'ai peu apprécié ce roman dont l'intrigue m'a parue datée (cela se passe l'année de ma naissance de mémoire). Les personnages sont assez antipathiques. La seule qualité de ce
roman est sa longueur: c'est court. Je préfère bien entendu Expiation, Délire d'amour ou Samedi. Bonne soirée.



emiLie 17/06/2010 18:57



C'est vrai que je ne suis pas sure que j'aurai autant apprécié si le roman avait été plus long malgré je trouve que l'idée de départ est intéressante mais traitée peut-être maladroitement. 


Expiation avait été un coup de coeur pour moi!


Bonne soirée à toi aussi!



choupynette 05/06/2010 20:27



Oui! pardon, j'ai complètement oublié de te confirmer la réception.... une tête de linote, je suis et je resterai!! :))Merci encore!



Stephie 04/06/2010 21:23



Je suis passée à côté de ce roman, je crois. Me suis ennuyée...



emiLie 07/06/2010 20:27



Comme quoi les avis peuvent différer sur un même livre.



Sybille 03/06/2010 11:18



Oh, je ne savais pas que cet auteur avait écrit un autre livre que expiation



emiLie 05/06/2010 14:51



Il en a écrit pas mal, j'avais bien aimé "Les chiens noirs" et "L'enfant volé".



choupynette 02/06/2010 19:53



j'ai Délire d'amour dans ma pal... mais je n'arrive pas à me décider à l'ouvrir.



emiLie 05/06/2010 14:50



Ca m'arrive aussi avec certains de mes livres, notamment Martin Eden et heureusement j'ai eu une bonne surprise!


As tu reçu Julie & Julia?