Thérèse Desqueyroux de François Mauriac

Publié le par emiLie

9782253004219-G.jpg


Le Livre de Poche - 148 pages

*****

Thérèse Desqueyroux est accusée d’avoir voulu empoisonner son mari, mais grâce à une fausse déclaration de celui-ci, le tribunal décide d’accorder un non-lieu. C’est durant le trajet du retour qui la mène vers son mari que Thérèse se remémore sa vie avant et durant son mariage. Elle essaie de mettre des mots sur ce qui a pu vouloir la pousser à tuer son mari. Confession qu’elle aimerait déposer au pied de celui-ci, hors Bernard ne pense qu’à la continuité du clan familial et ne voie en Thérèse qu’une folle qu’il décide d’enfermer dans la vieille maison familiale entourée de pins.


Mauriac est un auteur que j’avais découvert avec Le nœud de vipères, un roman puissant qui m’avait vraiment marqué et c’est avec bonheur que j’ai lu Thérèse Desqueyroux.

J’ai retrouvé la poésie, la précision du style de François Mauriac. Il a la capacité de traiter d’un sujet à la fois lourd et sombre avec une très grande finesse. On retrouve aussi dans ce roman un thème qu’il semble aimer aborder ; la famille, la famille en tant que clan, une unité qui annihile toute personnalité. Hors Thérèse est la brebis galeuse du clan Desqueyroux, très indépendante, elle ne pense pas comme eux, ne partage pas les mêmes valeurs.

L’auteur nous trace un portrait très sensible de cette femme que l’on peut de façon tellement facile appelée monstre.
Il nous fait découvrir les nuances et les subtilités de ce qu’est l’être humain. Il ne prend pas partie, ne juge pas. Il est cependant difficile de ne pas éprouver d’empathie pour cette femme, tellement décalée parmi ces gens qui sont pourtant ses proches.

Et puis au delà de l’histoire j’aime particulièrement l’écriture de François Mauriac, il a une façon de trouver le mot juste qui convient totalement. Il s’attache plus à décrire la psychologie de ses personnages qu’en descriptions. Les descriptions lui permettent seulement de nous donner des indices sur la personnalité de son personnage.


Je pense donc avec beaucoup de plaisir au nombre important de romans de cet auteur qu’il me reste à lire.

 

Commenter cet article

Choco 24/12/2009 00:10


Même avis que Cynthia. Je n'en garde pas un gros souvenir...


emiLie 24/12/2009 18:46


C'est dommage car il vaut vraiment le coup... peut-être une Relecture!


Alex-Mot-a-Mots 15/12/2009 17:22


Un livre qui m'avait fasciné quand j'étais ado. 


emiLie 15/12/2009 17:44


Moi je regrette de n'avoir pas découvert cet auteur plus tôt.


Mirontaine 14/12/2009 14:44


Je garde un excellent souvenir d'Un Noeud de vipères, relire Mauriac...c'est vrai que j'aimais beaucoup sa plume lors de mes études de lettres.


emiLie 15/12/2009 17:44


Le noeude vipères est l'un de mes plus gros coup de coeur de cette année, j'ai envie de lire tous ses romans.


Leiloona 14/12/2009 08:02


Lu il y a bien longtemps déjà ... mais j'en garde un beau souvenir.
Cette couverture est attrayante, d'ailleurs !


emiLie 15/12/2009 17:43


Oui c'est vrai que c'est une très belle couverture, mystérieuse.


Cynthia 13/12/2009 18:18


Je l'ai lu il y a 10 ans et je pense que j'étais trop jeune pour pouvoir vraiment l'apprécier (d'ailleurs je ne me souvenais que très vaguement du sujet...).
A relire un jour ;)


emiLie 13/12/2009 18:57



Pour le moment je n'ai lu que deux romans de François Mauriac et j'ai vraiment aimé. C'est un auteur que j'aime d'amour.