Tu n'es pas seul(e) à être seul(e) de Stéphanie Janicot

Publié le par emiLie

Tu n'es pas seul(e) à être seul(e)
Lecture commune avec Manu et Cynthia.

Le livre de Poche - 150 pages
*****

Recueil de nouvelles qui nous parle de la solitude dans ses différentes expressions.
La plupart des personnages vivent dans le même immeuble parisien.
Il y a Conchita la gardienne portugaise qui vit avec son mari et ses quatre enfants dans sa petite loge, il y a aussi les Sampieri, couple de Bourgeois coincés dans leur vie et leur fille Sophie et puis il y a la maman dépassée… et encore pleins d’autres personnages.
Tous ses personnages différents, aux statuts sociaux variés, qui semblent plus ou moins heureux, on va se rendre compte qu’ils sont seuls ou ce qui est pire qu’ils se sentent seuls.


La solitude a toujours été pour moi un thème intéressant, à la lecture du résumé j’étais contente de voir que l’auteur avait choisi de la présenter sous ses différents aspects.

J’ai aimé les premières histoires, notamment celle de Conchita et surtout celle avec la grand-mère et sa Tv, j’ai vraiment trouvé celle-ci très juste. L’auteur a su mettre le doigt sur la vulnérabilité des personnes âgés ainsi que leur besoin vitale de routines.


Et puis... j’ai trouvé les histoires suivantes moins sympathiques, cruelles, l’histoire de la caissière est vraiment triste, j’avais vraiment de la compassion pour elle.

J’ai eu l’impression que de façon confuse, on s’éloignait du thème de la solitude, les histoires devenaient plus communes et étaient traitées de façon beaucoup moins subtiles.


Pour tout dire, je ne m’attendais pas du tout à ce genre d’histoires, histoires de la vie de tous les jours, de gens vivants dans une grande ville. Ce genre d’histoires me touchent de moins en moins.

Avis mitigé...


                           ...La couverture est vraiment très belle.

Commenter cet article

l'or des chambres 25/01/2010 11:46


Je n'ai jamais lue cette auteur, mais j'aime   beaucoup le titre !


emiLie 25/01/2010 20:00


Moi c'était la couverture...si ça te tente lis le, ce n'est pas une lecture désagréable.


Alex-Mot-a-Mots 20/01/2010 20:02


La solitude : un mal moderne, mais bien l'écrire, c'est difficile.


emiLie 25/01/2010 19:58


Tu as raison, c'est très intéressant et peut être traité de façons différentes plus ou moins bonnes.


aBeiLLe 20/01/2010 18:40


Je l'ai lu avant l'ouverture de mon blog... début 2008 peut-être, et je n'en garde aucun souvenir...


emiLie 25/01/2010 19:57


C'est mauvais signe cela génèralement, je pense que c'est pire que d'en avoir aucun souvenir...


Manu 20/01/2010 16:39


Bon, je la plus enthousiaste. Je les ai trouvées justes ces histoires, particulièrement celles de la jeune fille malade ou des deux enfants ados. Pour la caissière, c'est cruel, mais vrai. Beaucoup
de gens en utilisent d'autres comme faire valoir, hélas. Le milieu parisien ne te dit peut-être rien (à moi non plus, je ne suis même pas française) mais on peut facilement remettre cette anecdote
à une autre échelle.
J'ai l'impression de défendre ce livre lol.


emiLie 25/01/2010 19:53



Tu as raison, c'est vrai que cette histoire pourrait être transposable dans un autre lieu qu'un immeuble parisien. Mais en fait ce que j'essayais de dire, c'est que je commence à être lassée de
ce genre d'histoires que l'on retrouve un peu trop régulièrement depuis que les romans d'Anna Gavalda sont célèbres.
Mais c'est bien que tu ais aimé, cela fait un avis différent.
Désolé pour cette réponse tardive, je suis un peu "au radar" en ce moment.



Cynthia 20/01/2010 13:15


On ne peut pas dire que j'ai détesté cette lecture mais tout comme toi, je n'étais pas plus emballée que ça :/
L'histoire de la vieille dame et de sa télé dans "Le dépanneur en or" est effectivement l'une des plus réussies!
Merci pour cette lecture commune ;)