Classe à part de Joanne Harris

Publié le par emiLie

Classe-a-part.jpg Résumé

« Julien rêve d'entrer au prestigieux collège Saint Oswald. Avec un père gardien de ce même collège et une mère disparue au bras de son amant, le rêve de Julien semble inaccessible. Déguisé en élève, il se faufile à l'intérieur, noue une amitié intense avec un futur golden boy, et force toutes les barrières. Vingt ans plus tard, devenu professeur à Saint Oswald, il prépare sa vengeance. »


 

Commentaire

  J'avais déjà lu beaucoup de livres de Joanne Harris, des romans que j'avais plus ou moins apprécié mais j'en garde un souvenir assez positif, c'est le genre de romans que l'on aime lire car on sait qu'ils seront agréables à lire et que donc on va passer un bon moment. J'ai particulièrement aimé Voleurs de plage, Chocolat.

Alors quand je suis tombée sur son dernier roman par hasard à la bibliothèque, je me suis dit chic un super moment de détente à venir et bien...

 

Cela n'a pas été un super moment de détente (je me cite moi-même...!) mais j'ai aimé et chose encore plus agréable, cette auteure m'a surprise et cela ça fait plaisir parce que cela n'arrive pas souvent!

C'est un roman à suspence qui se divise en deux parties, le personnage principal est Julien un petit garçon qui vit en marge du collège privé de St Oswald, son père en est le porter, une sorte de concierge. Julien devenu plus vieux nous raconte son enfance, devenu professeur à St Oswald, il prépare sa vengeance contre les gens qui l'ont ignoré, mais qui ont aussi par leur respect des traditions poussé son père au suicide.


 

Le problème dans ce genre de roman, c'est que l'on ne peut pas en dire trop, mais il faut savoir qu'au fur et à mesure des 400 pages, Joanne Harris distille les indices qui permettent de comprendre ce qui s'est passé pour que Julien soit si déterminé à se venger.

Le caractère des personnages évoluent au fil des romans, c'est le but de ces romans le fait que l'on ne puisse se douter du réel caractère des personnages afin que l'on soit surpris à la fin du roman. (enfin je crois...)

Je reconnais que j'ai été surprise par la fin du roman mais pas réellement par la révélation de la vengeance qui m'a même paru pas très valable, il me semble bizarre quand même qu'il est voulu tuer des gens pour ça, ça, c'est à dire dans les grandes lignes, l'élitisme d'une vieille école anglaise qui rejette les pauvres et qui se complait dans les vieilles traditions.

Bon je reconnais que tout cela peut s'expliquer par la santé mentale de Julien, la description de son équilibre mental est assez bien faîte, on voit au fur et à mesure ses obsessions grandir... Le personnage apparaît de plus en plus sombre.

Cependant même si le suspence est assez bien mené, je ne me suis jamais sentie prise dans le roman, je l'ai lu tranquillement, en plusieurs fois, le suspence ne m'a pas paru insoutenable même si je reconnais avoir réellement été surprise à la toute fin du roman (je n'en dis pas plus!).


 

Les personnages secondaires tiennent une place importante et intéressante dans le roman aussi bien dans le bon déroulemet de l'intrigue que dans le plaisir de lire un bon roman, certains -la plupart sont des professeurs sont vraiment marquants dans leurs complexités. Comme le vieux Roy Straithley, latiniste averti qui défend sa matière corps et âme contre la déferlante germaniste et qui agit comme une sorte de guide pour les élèves de St Oswald, ainsi que pour Julien.

D'autres sont décrits avec un certain cynisme par la romancière, description de leurs petites occupations tellement humaines mais aussi de la réaction de certains face à une crise.

Le seul problème pour moi a été de mémoriser et d'arriver à situer qui était tel ou tel professeur tellement ils sont nombreux, chose que je suis presque arrivée à faire seulement à partir de la 100ème page!

Publié dans Littérature Anglaise

Commenter cet article